3 chapitre 3

J'ouvre les yeux, devant moi le petit homme et ma sœur ne bougent plus, comme figé. J'eu trop peur d'essayer mais il me sembla que si je les touchais, ils seraient tombés en mille morceaux comme des statues.

Je saisie mes affaires, souffle un bon coup devant cette soirée irréel et actionne la poignet de la porte d'entrée. Je reste bouche bée devant le spectacle qui s'offre à moi dehors. Des oiseaux qui devaient être en plein vole ne bougent plus, arrêtés par le temps. Une enfant sur son vélo est aussi arrêtée en pleine action, plus loin je remarque une dispute d'un couple figé. C'est moi qui est fais tout ça ? Alors le petit bonhomme ne m'a pas menti... Je parcours les rues, découvrant peux à peux des personnes inanimées, comme des statues parfaitement réussies. Leurs yeux fixent le vide, parfois j'ai l'impression qu'ils me regardent alors je detourne mon regard et continue mon chemin.

Find authorized novels in Webnovel, faster updates, better experience, Please click www.webnovel.com/book/le-papillon-des-cerisiers_18236615805825305/chapitre-3_48953585278442477 for visiting.

Je cours jusqu'au chemin des cerisiers. Une première inspection s'impose. J'arrive dans un petit campement où les vendeurs ont déjà commencé à s'installer. Je fouille les placards, gardant bien garde de ne pas bousculer ses hommes et femmes arrêtées dans leur mouvement. Je cherche partout mais rien. Dans ma vision la bombe se trouvait chez un marchant de glace. Je parcours le paysage des yeux.

Une scène a été commencée à être montée. Autours, des tentes ont été montés pour former un village de minis rues bientôt animé. Sous un chapiteau coloré je devine le marchant de sucreries, sous une toile tendu sera mis en scène un jongleur qui vient chaque années. Je voie encore des grandes tentes alignées où s'installent les vendeurs de nourriture pour la soirée ; la charcuterie, les hamburgers, les spécialités...ect

J'aperçois enfin le vendeur de glace, il a monté son chapiteau mais il n'y a pas sa charrette où est normalement caché la bombe. Je réfléchis avent de courir vers la grande rue perpendiculaire aux chemins des cerisiers, parfois me prenant des pétales en lévitation qui étaient normalement en train de tomber.

J'arrive devant sa boutique, finalement pas très loin. Malheureusement à cette heure si tout est fermé. Je respire un coup et enfonce la porte une première fois mais rien ne se passe, une seconde fois mais je me meurtri l'épaule.

" Besoin d'aide ?" Dit une voix derrière moi.

Je me retourne soudain, je voix un jeune homme un peut plus âgé que moi. Si bizarre que cette phrase vous paraîtra bizarre mais ; il bouge et il parle ! Pourtant autour de moi tout est resté immobile.

" Qui êtes vous ?"

" J'arrête le temps, comme toi. Mais je suis plus professionnel, ce n'est pas la première fois que j'exerce. Tu vas te prendre une amande mais le conseil a décider de ne finalement pas te la mettre." Explique l'inconnu sans que je compris rien.

" Une amande ? Pourquoi ?" Je dis en sachant très bien que je viens d'essayer d'enfoncer une porte devant ses yeux.

" Pas la porte, c'est parce que tu as arrêté le temps sans permission. Chaque Tempstop ( ceux comme nous) Sont répertoriés et doivent demande une permission pour utiliser leur pouvoirs, sinon c'est un délit et une amende. Bien sûr cette organisation est secrète, un peux comme le monde de harry Potter, sauf qu'il n'y a pas tout un monde, juste un ministère et puis c'est réel ! Certain comme moi travaillons dans ce domaine et moi je suis chargé de te donner l'amende qui finalement ne te sera pas attribué par décision majoritaire du conseil. "

" Mais si je comprend bien, vous avez faite une réunion en 10min ? Je n' ai pas arrêté le temps si longtemps que ça si ?" Je demande stupéfaite.

" Tu oublies que nous aussi on arrête le temps... Là je suis dans ton temps mais si je le veux je peux retourner moi dans le temps "réel"." Fini l'inconnu d'expliquer.

" Très bien, alors je dois faire quoi ? Parce que excusez moi mais j'ai un truc à finir." Je dis

" Vous allez devoir me suivre pour vous inscrire puis enssuite vous me donnerez le motif de votre arrêt du temps."

Je regarde ma montre et la secoue pensant qu'elle était cassée avant de me rappeler qu'elle aussi est arrêtée dans le temps. C'est plein de question aux lèvres que je suit l'inconnue espérant que ce ne soit pas une blague et qu'arrivé tout le monde ne se fouteraient de moi.

" Vous vous appelez comment ?"

" Martin. Dites, qui vous a appris à arrêter le temps ?"

" Une petit Bonhomme... À je ne me souviens plus de son nom !" Je râle contre moi-même.

" Ah oui ! Un petit homme qui habite ici, monsieur Fough. On le connait bien, ça fait plusieurs fois qu'on lui donne des amandes. Il devient foue ! "

Sur nos paroles il rentre dans un bâtiment que je ne connais pas. Dedans il est en apparence banal, il y a une accueil un couloir avec différentes portes. Soudain Martin arrête le temps.

" N'arretez pas le temps ! J'ai une mission..." Je clame.

" Je n'ai arrêté que le temps dans cette pièce ! Ta mission c'est une bombe ? Oui je sais, nous avons réussi à ce qu'elle ne soit pas inscrite dans le temps. C'est ton p'tit bonhomme qui nous a informé. On vient te chercher pour une seconde raison, ton petit bonhomme, on a de sérieux doutes sur lui. C'est lui qui a la bombe chez lui." Explique Martin en me tendant des documents résumant le tout.

" Mais ma sœur elle chez lui !" Je m'inquiète.

" Je vais t'accompagner chez lui pour l'arrêter et rechercher ta sœur en sécurité."

" Mais je ne comprend pas...Pourquoi nous avoir donné les infos pour le bombe ?" Je demande

" Chez certaines personnes leurs pouvoirs les fond devenirs fou avec le temps. Il n'est pas quelqu'un de mal à la base... Ah ! Josette. " S'exclame Martin en apercevant une femme derrière le comptoir.

1 demie heure plus tard ma pièce d'identité de Tempstopeuse était finie et j'avais obtenue le droit d'arrêter le temps pour aujourd'hui. Je salue Josette et suit Martin dans la rue, toujours immobile.

On arrive devant chez monsieur Fough et nous entrons, sa porte étant ouverte faute de ne pas l'avoir refermé.

Nous restons debout dans le salon et en un claquement de doigt Martin réanime les statues redevenues humaine.

" Monsieur Fough ! Vous voulez bien venir avec moi? " Dis Martin sur le tons plutôt d'un ordre que d'une question mais sans être agressif.

" J'arrive... C'est pas la première fois..." Dit le bonhomme un peux perdue, me rappelant les explications des effets secondaire.

Moi je récupère ma soeur et nous rentrons chez nous. Malgré la peur toujours de sa voiture je lui explique sans interruption toute mon aventure exceptionnel et dont j'ai encore du mal à y croire, pleins de future questions à poser quand je reverrai peut-être Martin qui était repartie avec son homme.

Celle-ci me regarde sans émotion quand soudain elle appuie sur le klaxon.

J'ouvre subitement mes jeux et aplatie ma main sur mon réveil, il est 6h du matin, je viens de me réveiller pour aller au lycée. Quelle nuit et quelle rêve ! Je ne me souviens déjà plus des détails...

Je tourne le regard et aperçoit la robe que j'ai acheté la veille. Demain c'est la fête du printemps ! Je soupir et me lève une bonne fois pour toute, je vais me rendormir sinon.

END